jeudi 27 octobre 2011

Paris Ecole des Beaux arts




L'École des beaux-arts forme un vaste ensemble situé face au Musée du Louvre, au cœur de Saint-Germain-des-Prés, dont les bâtiments sont répartis sur plus de deux hectares, entre la rue Bonaparte et le quai Malaquais, et datent des XVIIe, XVIIIe, XIXe siècles et même pour certaines parties, du XXe siècle.
La construction la plus ancienne est la chapelle et ses bâtiments annexes, élevés au début du XVIIe siècle pour le Couvent des Petits-Augustins, dans lequel fut aménagé par Alexandre Lenoir (1761-1839), pendant la période de la Révolution et de l'Empire, le Musée des monuments français avec les éléments de sculptures françaises les plus remarquables. À la fermeture du musée, en 1816, les lieux sont affectés à l'École des beaux-arts.


L'architecte François Debret (1777-1850) est chargé de la construction de nouveaux locaux. Il édifie d'abord le bâtiment des loges , indispensable au fonctionnement des concours, et commence le Palais des études .


 Son élève et beau-frère Félix Duban (1797-1872) lui succède et construit le Palais des études et le bâtiment des expositions  (salle Melpomène et salle Foch) donnant sur le quai Malaquais ; il a aménagé les cours d'entrée du côté de la rue Bonaparte, la chapelle et le cloître (Cour du Murier) de l'ancien couvent. Duban a réutilisé des éléments architecturaux et décoratifs, parfois disparates, restés en place après la dispersion des collections du Musée des monuments français, donnant à l'ensemble une unité incontestable.



C'est en 1883 que l'École connaîtra sa dernière grande extension avec l'achat de l' hôtel de Chimay et ses annexes, datant des XVIIe et XVIIIe siècles, situés aux 15 et 17 quai Malaquais.



Les facades du quai Malaquais
La restauration des façades des bâtiments situés quai Malaquais a pu commencer grace au généreux mécénat privé de Monsieur Philippe Journo, président de la Compagnie de Phalsbourg, à titre personnel et au titre de sa société - mécénat complété par le ministère de la culture et de la communication. Ces travaux concernent des édifices construits entre le XVIIe et le XIX e siècle, au sein d'un site classé en totalité au titre des monuments historiques depuis 1972. Ils ont été conduits en 3 tranches et seront achevés en 2009.


La cour vitrée  du Palais des études
La restauration de la Cour vitrée a débuté en janvier 2007 par la consolidation de la verrière suivie de la réfection des parements en pierre ainsi que des ornements picturaux des différentes façades. Onze corps de métiers sont intervenus sous la direction de Benjamin Mouton, architecte en chef des monuments historiques. Le ministère de la culture et de la communication, la Fiac, la Fondation d’entreprise Hermès, la Maison Lenôtre et les champagnes Nicolas Feuillatte se sont associés à la restauration de la Cour vitrée. Le chantier s'est achevé en mars 2009.


Des académies, une école, un style, connus et imités dans le monde entier. L'École nationale supérieure des Beaux-Arts, qui demeure la plus grande école d'art en France, est l'héritière d'une très longue histoire, commencée avec la fondation par Louis XIV des Académies royales de peinture et de sculpture en 1648, puis d'architecture en 1671. Ces compagnies, abolies par le gouvernement de la Convention en 1793, subsistent quelques années sous forme d'écoles académiques pour fusionner en une seule institution sous le Premier Empire, l'École des Beaux-Arts proprement dite ne naissant véritablement qu'en 1819.

Après avoir successivement occupé des salles du Louvre, puis du Collège des Quatre Nations (aujourd'hui l'Institut), l'École s'installe définitivement rue Bonaparte en 1829, sur le site de l'ancien couvent des Petits-Augustins, au cœur de Paris et du quartier de Saint-Germain-des-Prés.


Cette institution, à l'histoire complexe et prestigieuse, est désormais l'une des dernières à abriter sous le même toit un enseignement moderne destiné à de futurs artistes et des collections accumulées au cours de ses trois cent cinquante ans d'existence.
L'École nationale supérieure des Beaux-Arts possède en effet un immense patrimoine, légué par les Académies royales puis régulièrement augmenté jusqu'en 1968 des travaux de ses élèves ( les fameux Prix de Rome entre autres), mais aussi de tous les modèles pédagogiques acquis pour leur formation ainsi que de donations exceptionnelles.

Fortes de près de 450 000 œuvres et ouvrages, les collections de l'École des Beaux-Arts de Paris permettent ainsi de reconstituer l'histoire de l'enseignement de l'art officiel en France, qui essaima dans le monde entier, en attirant des étudiants de tous les continents et en imposant le fameux style « beaux-Arts ».

Parmi les 2000 peintures que possède l'École, une centaine ornait avant la Révolution les salles de l'Académie royale au Louvre : morceaux pour le Grand Prix, morceaux de réception que les nouveaux membres donnaient à la compagnie, portraits, dus au pinceau de Hyacinthe Rigaud, Fragonard, David, Hubert Robert... L’école des XIXe et XXe siècles a régulièrement conservé les morceaux pour le Grand Prix en peinture d'histoire et en paysage historique, pour le concours du Torse et pour les prix d'esquisses peintes et après 1968, pour des prix de fondation annuels.


 Des oeuvres de jeunesse d'Ingres, Bouguereau, Rouault, illustrent l'histoire de l'enseignement de la peinture académique en France. L’école abrite aussi une collection de copies peintes ; plusieurs sont présentées au-dessus des moulages de l'église des Petits-Augustins. La plus spectaculaire est Le Jugement dernier, d'après Michel-Ange, sans doute la plus grande peinture sur toile exposée en France.


 
l'amphithéâtre d'honneur, où l'on peut admirer une peinture à la cire de Paul Delaroche, qui comporte 75 personnages en grandeur nature

Ancien cloître du couvent, Alexandre Lenoir y avait planté un mûrier de Chine, qui lui a donné son nom. Duban reconstruit le cloître dès 1836 en le transformant en atrium antique bordé d'arcades
Sous le Second Empire, il complète le décor par des peintures dans le goût pompéien et les moulages des frises du Parthénon qui courent à mi-hauteur sur trois côtés


Aucun commentaire:

Publier un commentaire